Un juriste député déguerpi de sa résidence à la Gombe

Lundi 17 Août 2020 par RSI / Scoop

Devenu depuis un certain moment un champion en tweets jusqu’

à rivaliser le président américain Donald Trump, le député national Alphonse Ngoyi Kasanji a inondé la toile ce lundi 17 août avec ses plaintes sur le déguerpissement dont il serait, d’après son propre entendement, injustement victime. Ainsi, pensant s’attirer la sympathie en politisant cette affaire alors qu’il énerve les esprits lucides, Ngoyi Kasanji indexe Félix Tshisekedi comme instigateur de cette opération qu’il inscrit dans le registre de règlement des comptes.


Mais ce que l’ancien gouverneur du Kasaï oriental, le piètre que cette province ait connu d’après l’appréciation de ses administrés oublie, est que beaucoup savent qu’il a été recruté par l’autorité morale du PPRD alors qu’il a son propre parti et dont il est devenu véritable garçon de courses, pour une mission spéciale de saper toutes les actions du président Tshisekedi, le diaboliser en tout et pour tout. Mais malgré ses aboiements sur ce dossier, même le plus aveugle et le moins juriste que lui (NDLR : il est licencié en Droit avec la mention “distinction” de l’Université de Kinshasa), comprendra que ce dossier n’a rien de politique là-dedans.


Tenez, alors qu’Alphonse Ngoyi Kasanji est encore un gouverneur tout-puissant, le ministre des affaires foncières, Me Lumeya-dhu-Maleghi écrit le 12 juin 2018 au Conservateur des titres immobiliers de la circonscription foncière de la Gombe pour que soient mutées quatre parcelles au profit de Gabriel Mokia. “Les biens immobiliers repris ci-dessous viennent d’être restitués à son propriétaire, monsieur Gabriel Mokia-Mandembo qui me lit en copie sur pied de l’arrêté R.C.2742 de la Cour Suprême de Justice rendu en date du 31 mai 2018. Il s’agit de parcelle n° 3536 C.E Vol.Al 352 Folio 24, parcelle n° 3343 C.E vol.Al 352 Folio 28, parcelle n° 3801 C.E vol 352 Folio 25, parcelle n° 1030 C.E Vol.Al 373 Folio 156. En exécution de la décision judiciaire pré rappelée, je vous demande de procéder à la mutation des biens susvisés au profit du requérant Mokia et me faire le rapport”, lit-on dans cette lettre de Lumeya d’avant l’avènement de Félix Tshisekedi comme président de la République. En quoi ce dernier est-il concerné ?


Aussi, le ministre Emmanuel Ilunga Ngoie qui avait joué l’intérim du ministre des affaires foncières après le limogeage de Lumeya, était revenu sur cette affaire pour que le conservateur procède sans atermoiements, insiste-t-il dans sa lettre, à la réhabilitation des certificats d’enregistrement et procéder par la suite à la mutation sollicitée par le requérant Gabriel Mokia. Où serait l’implication de Félix Tshisekedi dans ce dossier quand on sait qu’Emmanuel Ilunga était un ministre FCC, la même famille politique que Ngoyi Kasanji ?


Ce qui est vrai est que, l’acharnement actuel de l’ancien gouverneur du Kasaï oriental sur le président Félix Tshisekedi répond tout simplement à la logique de la mission spéciale de nuire à ce dernier qu’il a eue de son mentor. Ngoyi Kasanji qui a causé beaucoup de torts à ses frères est-kasaïens sait pertinément qu’aussi longtemps que Tshisekedi est président de la république, il ne sera jamais nommé ministre, fonction qu’il envie tant, ni nommé mandataire au sein d’une entreprise étatique. Voilà la justification de son aigreur.

49 vues0 commentaire
Archives
logo lesondage.png