Moise Moni Della réagi au discours de Fatshi : Lumumba, l'eau et l'électricité...




RDC Sondage.info, 15 décembre 2020


Deux sujets ont retenu mon attention dans le discours sur l'état de la nation du président de la République. Il s'agit précisément du rapatriement des reliques du Premier ministre Patrice Lumumba et de la libéralisation du secteur de l'énergie et de l'eau.


Le rapatriement des reliques de l'ancien Premier ministre qui se trouvent actuellement en Belgique et qui doivent rentrer au pays afin de lui préparer un sépulcre digne sur le sol de ses ancêtres, est une excellente idée que je félicite. Idée qui répond à ma préoccupation, celle d'honorer les grands hommes qui ont marqué positivement l'histoire de notre pays, notamment Patrice Lumumba, Étienne Tshisekedi, Laurent Kabila... C'est dans cette optique que j'ai adressé plusieurs correspondances au président de la République pour lui demander que l'Etat congolais puisse racheter les maisons de ses hommes illustres disparus, et d'en faire des musées. La même démarche a été entreprise auprès des familles de ses véritables et authentiques héros nationaux. Concernant Patrice Lumumba, j'avais demandé au président de la République, en dehors de sa résidence, de consacrer la savane de la Loano près de l'aéroport qui porte le même nom à Lubumbashi, là où on l'a tué, comme un site touristique, politique et historique en mémoire de Patrice Lumumba. Une telle réalisation répondra à la prophétie de ce digne fils de l'Afrique qui avait prédit :"L'Afrique écrira sa propre histoire......"La France n'a pas des minerais et du pétrole, mais elle a les musées et les monuments qui sont des attractions qui renfflouent les caisses de l'Etat.

Par contre, la question de libéralisation du secteur de l'énergie et de l'eau, me laisse perplexe. Bien qu'il existe une loi en cette matière, j'estime qu'elle ne correspond pas au rôle officiel de l'Etat qui n'est pas à confondre à l'Etat providentiel. L'Etat a un rôle moteur, régulateur, social pour ne pas dire moral. Le secteur de l'énergie et de l'eau est vital et primordial pour un pays sinistré comme le nôtre. L'indépendance et la sécurité de notre pays en dépendent. L'eau, c'est la vie, dit-on. Il en est de même pour l'électricité. On ne peut en aucun cas laisser cela entre les mains des commerçants qui, eux, ne voient que l'argent au lieu des intérêts du peuple. Les coupures du courant et de l'eau lors de la guerre du 1998 dans la ville de Kinshasa doit nous interpeller et nous pousser à être très regardant et vigilant avant d'ouvrir ces secteurs vitaux de la vie de notre pays aux privés. Il y a lieu d'organiser, de structurer ces secteurs avec les dirigeants patriotes qui auront comme motivation : le Peuple d'abord. Dans un pays où le peuple n'a pas le pouvoir d'achat conséquent et adéquat, une mesure de libéralisation du secteur de l'énergie et de l'eau ne peut que accentuer la paupérisation de la population. Tout en saluant les mesures sociaux économiques préconisées par le chef de l'État en faveur du peuple, je souhaite que l'économie de type kennesienne où l'homme est mis au centre de toutes préoccupations soit observée pendant cette période de l'avènement de l'union sacrée.


19 vues0 commentaire
Archives
logo lesondage.png