L 'ASADHO invite Félix tshisekedi de sanctionner les agents de l'ANR qui violent la loi (communiqué)




À travers un communiqué publié ce lundi 28 mars 2022, l'association africaine de défense des droits de l'homme (ASADHO), accuse le chef de l'état Félix tshisekedi d'avoir laissé l'ANR violer les droits fondamentaux des citoyens congolais impunément.



Ladite structure se montre préoccupée par le silence du président tshisekedi face à la multiplication de cas de violation des droits fondamentaux dont l'agence nationale des renseignement se rend coupable tant à Kinshasa qu'en provinces.



Selon toujours ce même communiqué, l'ASADHO dit avoir salué en 2019 les mesures courageuses prises par le président Félix tshisekedi pour humaniser les missions de l'ANR et mettre fin à l'arbitraire instauré par certains de ses animateurs, trois ans après la prise desdites mesures, les mauvaises pratiques décriées sous l'administration l'ex président Joseph Kabila sont revenues, il s'agit notamment des cas de torture, arrestation pour des faits civils, enlèvements et non accès des personnes arrêtées aux membres de leur famille et aux avocats.



La même source ajoute les cas ci-après enregistré par l'ANR de Félix tshisekedi : 1. Monsieur François beya, conseiller spécial en matière de sécurité du président tshisekedi, arrêté depuis le 05 février 2022 n'a jamais eu accès à un avocat ; 2.monsieur Claude KIDICHO, protocole au CNS, enlevé à partir de son bureau au mont-ngaliema, en date du 03 mars 2022, s'est retrouvé en détention à l'ANR, il n'a pas droit à la visite des membres de sa famille ni accès aux avocats ainsi que d'autres personnes en détention à l'ANR.



Et de renchérir, ladite structure appelle avec insistance le président tshisekedi à sanctionner et à faire arrêter tous les fonctionnaires de l'ANR qui ont violé la constitution du pays.



Frank kalonji

29 vues0 commentaire
Archives
ADHERER CODIDEV.jpg
logo lesondage.png