« Félix Tshisekedi a encore besoin de la Force de brigade intégrée de la MONUSCO » (Leila Zerrougui)

Mercredi 19 Août 2020 par RSI / RO


Dans une interview à Radio Okapi, la cheffe de la la mission de l’ONU en RDC (MONUSCO) a déclaré que le président Félix Tshisekedi a encore besoin de la Force de brigade intégrée de la MONUSCO (FIB) et des discussions sont actuellement en cours à New York pour améliorer ses capacités opérationnelles.

Mme Zerrougui assure continuer le suivi avec New-York pour s’assurer que la force de brigade intégrée de la MONUSCO continue à jouer son rôle.


« La FIB est un outil que le gouvernement congolais veut garder. Ils l’ont dit dans cette réunion entre les chefs d’Etat de la SADC et les chefs d’Etat des pays qui ont des troupes sur place et le président congolais. Ce message, nous l’avons transmis à New York parce que ce n’est pas la mission qui décide de la reconfiguration de ces choses ; c’est New-York qui décide tout ce qui est des troupes, contributeurs, tout ce qui est police, et donc il y a des discussions actuellement pour améliorer les capacités de la FIB, pour renforcer son leadership, pour renforcer ses capacités aussi opérationnelles que logistiques, pour répondre à la menace qui existe et nous continuons à faire le suivi avec le gouvernement congolais et avec new York pour nous assurer que cet outil joue le rôle qu’il faut. »

Selon un communiqué publié mercredi 5 août, le gouvernement a soutenu « pleinement » une position de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) opposée à une proposition des Nations unies de reconfigurer cette brigade sous-régionale intégrée à la force onusienne.

Le sommet « a pris note avec inquiétude de la décision unilatérale prise par les Nations unies de reconfigurer la FIB, contrairement à la position adoptée par la SADC », et « a réitéré la position adoptée par la SADC telle qu’elle a été soumise au secrétaire général de l’ONU, appelant entre autres à ce que la FIB ne soit pas reconfigurée », déclarait le communiqué.

Créée par la résolution 2098 du Conseil de sécurité de l’ONU en 2013, la FIB est dotée d’un mandat offensif. Composée de 3 000 casques bleus, cette brigade spéciale est autorisée à recourir à la force de manière offensive pour neutraliser les dizaines de groupes armés locaux et étrangers actifs dans l’est de la RDC. La Tanzanie a mis à la disposition de la FIB 1 300 soldats, aux côtés du Malawi et de l’Afrique du Sud. Cette brigade avait participé activement, à côté de l’armée congolaise, à défaire en novembre 2013 le Mouvement du 23 mars (M23), dernière rébellion importante à dominante tutsi, soutenue par le Rwanda et l’Ouganda, dans l’est de la RDC.

Présente dans le pays depuis vingt-cinq ans, la Monusco comprend quelque 14 000 casques bleus pour un budget annuel de plus de 1 milliard de dollars. C’est l’une des plus importantes missions de paix de l’ONU dans le monde.

2 vues0 commentaire
Archives
lesondage.jpg
logo lesondage.png