EGAL se comporte à une entreprise patriotique

Vendredi , le 11 Semptembre 2020 par RSI

L’instruction du Président Félix Tshisekedi Tshilombo au ministre des Finances d’annuler sans délai toutes les exonérations fiscales, non fiscales , douanières et allégements fiscaux octroyés en violation de la loi en la matière a été repris comme par enchantement dans les réseaux sociaux et certains tabloïd en quête du sensationnel en tenant en point de mire par des allégations folle des une autres la société Egal dans une campagne médiatique portant sur les faits non avérés, certainement dont les tireurs de ficèles cherchent à manipuler l’avis de l’inspection générale des finances ( IGF) en charge de la lutte contre le coulage des recettes de l’Etat.

Le but recherché dans ce lynchage médiatique et d’offrir une opportunité à l’IGF pour une exploitation politicienne sur des rumeurs faisant état de l’appartenance de l’entreprise Egal à maman Olive Lembe et d’attribuer à Monsieur Albert Yuma une fonction au sein de cette entreprise, laquelle il n’a jamais fait partie du personnel pour mieux s’attaquer sans autres formes de procès à une véritable campagne de calomnie et diabolisation de la société Egal comme n’étant pas en règle de ses obligations fiscales vis-à-vis de l’Etat congolais.

En effet, tout est parti d’une alerte lancée par procuration d’un média en ligne qui titre sur son murs « RDC plus de 500 conteneurs des vivres de la société Egal de maman Olive Lembe bloqués à Matadi et sommé de payer les impôts de 2013 à 2020 soit disant Egal ne payer pas ses impôts, vu son appartenance à la première dame honoraire Olive Lembe Kabila.

Dans cette campagne de sape contre Egal il est curieux de constater que les auteurs de médias ont publiés sans respecter la déontologie et la rigueur que recommande ce métier noble des journalistes qui nécessitent deux sons de cloche avant de fonder leurs thèses sur des faits loin d’être avérés.

Tout le monde a été induit en erreur sur les réseaux sociaux, par une certaine presse à recherche curieusement d’assaisonner l’invraisemblable, pour servir le dessein inavoué de certaines entreprises concurrentes dans l’import et vente de vivre frais tout en ignorant superbement ou intentionnellement que la société EGAL n'appartient pas à maman Olive, mais plutôt à des compatriotes congolais rare, voire uniques à ce jour à investir dans ce domaine.

Il est à noter que la Société Egal n'importe pas des produits en containers, mais les vivres frais de cette entreprise arrivent par bateaux entiers et en vrac.

D’après de source digne de foi, le tonnage exact d'un bateau est de plus au moins 3000 tonnes contrairement à l’information qui circule de 500 containers, car comme tout le monde le sait les produits d’Egal accostent régulièrement au port de Boma à travers cinq navires battant pavillon congolais de cette compagnie maritime et non à Matadi.

Après analyse et vérification auprès de la DGI et la DGDA, les faits démontrent sans peur d’être contredit que l’entreprise Egal fait partie de meilleurs élèves en matière de paiement d’impôts et taxes. Tandis que la plupart des entreprises spécialisées dans les vivres frais excellent dans une maffia de minoration des factures de l’achat des produits et à la déclaration de celle – ci.

Vous constaterez que pour la même période, la valeur des mêmes produits issus d’un même fournisseur se diffère à leurs déclarations à la douane entre la société Egal et les autres entreprises en toute transparence, là où Egal déclare 1000 USD à l’achat, la facture présentée à la DGDA reste la même de 1000 USD en indiquant clairement le Pays de la provenance où la marchandise a été importé contrairement aux entreprises indo – Pakistanaise et Libanaise qui présentent presque toutes des factures originales en provenance du Liban pour tous les produits mêmes importés sur l’espace européen ou américain et qui s’évertuent pourtant dans la falsification des factures d’achat de mêmes produits pour minorer leurs déclarations à la douane. De ces faits comment expliquez qu’en tenant compte du respect de la marge bénéficiaire telle que recommander par le ministère de l’économie, les mêmes entreprises qui déclarent en minorant le montant du prix d’achat de leurs produits à la douane revendent leurs produits sans respecter la marge bénéficiaire instituée par l’état congolais !

Quant au reste, il est clair que le lynchage médiatique au sujet de certaines exonérations fiscales qu’on attribue à l’entreprise Egal prétextant appartenir à Olive Lembe, première dame honoraire n’est qu’un pétard mouillé distiller par les pêcheurs en eaux troubles, qui luttent pour l’effacement de l’entreprise Egal dans le réseau d’importation des vivres où presque 95% reste détenu à ce jour par le triangle maffieux Indo – Pakistanais et Libanais.

Il est vrais qu’en toute transparence les activités qu’exercent l’entreprise Egal dans ce secteur dérange certains esprits malveillants habitués à prendre l’Etat congolais en otage pour imposer le prix de leurs produits sans se soucier du pouvoir d’achat du peuple congolais, c’est l’unique raison de la guerre dont est victime l’entreprise Egal de notoriété congolaise aujourd’hui.

Dans un passé récent dans ce pays à l’époque du régime de Marechal Mobutu, au plus fort de son règne, il y avait des citoyens qui ont émergés dans les affaires sans pour autant travailler pour les comptes des politiques ou des tiers, et dans ce lot on peut citer feu Dokolo, Mr Kansebu, la famille Katumbi Moise, Mr Jeannot Bemba et la société ORGAMAN.

Et pourquoi veut – on détourner l’opinion sur la question et le bien-fondé de l’entreprise Egal qui lutte régulièrement pour la stabilité des prix des vivres de première nécessité inscrit dans le cheval de bataille du social du Président de la République.

En ce jour, tout se révèle que dans cette affaire la spéculation a pris le dessus des âmes faibles, car personne n’est capable de prouver carte sur table l’implication de Maman Olive Lembe dans les affaires de l’entreprise Egal.

Là où le bât blesse est de voir les compatriotes congolais se laisser manipulé par une presse étrangère à l’esprit néocolonialiste instrumentalisé pour faire pression sur l’IGF qui vient de lancer la lutte contre les exonérations irrégulières afin de diligenter un audit sur les activités d’Egal.

Point n’est besoin de rappeler à l’opinion tant nationale qu’internationale que le secteur des vivres frais est régi par les textes légaux et règlementaires qui confèrent des devoirs et des obligations pour fonctionner en RDC, c’est dans ce cadre qu’ Egal est parmi les rares entreprises à notoriété congolaise qui se conforme rigoureusement aux lois du pays en la matière et bénéficiant d’une charte des activités de notre pays et la Namibie.

N’en déplaise aux oiseaux de mauvais augures, la sérénité règne à l’entreprise Egal, Une mission d’audit est une activité régulière et normale dans la vie de toute entreprise et ne peut ébranler le moral des cadres et agents de cette entreprise tous congolais qui travaillent en toute transparence et franche collaboration avec les services habiletés de l’Etat.

Bien qu’une entreprise privée à Egal, l’audit est une activité normale pour contrôler les actes de gestion posés par l’entreprise et les services étatiques tout en respectant les principes de la gestion moderne, les entreprises privées comme publiques disposent d’un service d'audit interne.

Et lorsqu’on est soumis à un audit externe, ce n’est pas d’office synonyme de coulage de recette de l’Etat. Et dans le cas échéant de l’entreprise Egal, il appert que ses détracteurs recrutés dans la maffia de ce secteur cherchent à le présenter comme un mouton à panurge pour son nationalisme engagé contre les mauvaises habitudes entretenues par certains lobbyings dans les milieux des importateurs des vivres frais longtemps restés chasse gardée des capitaux étrangers.

C’est l’unique raison que les détracteurs de l’entreprise Egal s’emploient à ternir l’image de marque de cette société face à l’actuel pouvoir de Kinshasa

12 vues0 commentaire
Archives
lesondage.jpg
logo lesondage.png