CENI: Jacques Issongo contre les démarches menées par les acteurs politiques

Vendredi , le 11 septembre 2020


les réactions tombent de partout au sujet des réformes dans la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et sur le processus électoral. L’activiste du mouvement citoyen LUCHA, Jacques Issongo déplore la manière dont ces démarches sont menées par les acteurs politiques du FCC-CACH, l’opposition Lamuka et de la société civile. “Au moment où, la LUCHA exige la dépolitisation de la CENI, le retour de la présidentielle à deux tours et le suffrage universel direct pour les élections des gouverneurs des provinces et sénateurs, le FCC, à son tour, pense et compte bloquer la démocratie et favoriser la fraude électorale aux conséquences incalculables“, a-t-il dénoncé. Jacques Issongo qualifie les propos du député Ngoyi Kasanji, ancien gouverneur de la province du Kasaï Oriental, du mensonge, car selon lui, la RDC ne manque pas des moyens pour organiser les élections avec une présidentielle (suffrage universel direct) à double tour. ” Ngoyi Kasanji a menti sur les contestations des élections au suffrage indirect. Nous avons assisté à plusieurs reprises aux contestations des élections des gouverneurs des provinces par les députés provinciaux dans plusieurs provinces et souvent devant les Cours et tribunaux“, a-t-il comparé. Selon lui, soutenir l’idée de la présidentielle au suffrage universel indirect, c’est encourager la corruption et l’oligarchie que la LUCHA dénonce jour et nuit depuis toujours. “C’est le but même de notre combat d’exiger les réformes sur les élections des sénateurs et gouverneurs des provinces au suffrage universel direct, malheureusement le FCC veut nous faire reculer en arrière“, a-t-il souligné. Pour lui, Cette démarche menée par le FCC n’aboutira pas, car, la constitution est claire dans son article 220 qui stipule, que cette matière ne peut subir aucune modification.

17 vues0 commentaire
Archives
logo lesondage.png