A N : Les élus nationaux autorisent la 11ème prorogation de l’état de siège



Sur 342 députés ayant pris part au vote, 335 ont voté pour, 6 contre et 1 élu s’est abstenu. C’est le résultat du vote du projet de loi portant 11è prorogation de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu à l’issue de la plénière de ce lundi 1er novembre.

Les députés nationaux se sont retrouvés en plénière, ce lundi 1er novembre 2021.

A l’ordre du jour de cette plénière dirigée par Jean-Marc Kabund, premier vice-président de l’Assemblée nationale, était inscrit l’examen et vote du projet de loi portant autorisation de la prorogation de l’état de siège.

Dans l’économie du projet de loi que fait la ministre d’Etat, il ressort que les opérations menées jusque-là par les forces armées et les services de sécurité de la RDC en Ituri et dans le Nord-Kivu suscitent l’espoir de retour de la paix et la détermination d’éradiquer les forces ennemies.

En Ituri, les deux grands bastions ennemis dans les localités de Lipri et Nyangaray, en territoire de Djugu occupés par la coalition CODECO et FDBC/FPIC sont passés sous contrôle des forces loyalistes. A l’issue de cette opération, 42 assaillants se sont rendus et d’autres se sont dirigés vers les localités d’Ingene et Djugu, en territoire d’Irumu, où les FARDC les pourchassent tout en consolidant leur position, avant d’égrener tous les hauts faits d’armes réalisés par les forces loyalistes sur les troupes ennemies. En fin de compte, la ministre de la Justice a sollicité l’adoption par l’Assemblée nationale de la nouvelle prorogation pour permettre ainsi aux forces de défense et sécurité de parvenir à l’anéantissement de l’ennemi, ce qui est même le socle de ce projet de loi.

Peu avant le débat général, Jean-Marc Kabund, président du céans, a exhorté les députés à débattre de la question sans passion, pour ne pas faire souffrir le peuple.

« C’est une question qui doit être débattue au-delà de tout sentiment populiste parce que ce sont des vies humaines qui sont mises en danger, ce sont des vies humaines que nous perdons à l’Est. Nous ne perdons pas uniquement les ressortissants de l’Est, mais aussi nos forces armées qui ne sont pas seulement originaires de l’Est. Nous devons aborder cette question avec prudence et sérieux », a-t-il interpellé.

Entretemps, les députés de l’Ituri et du Nord-Kivu ont arboré des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Pas de 11è prorogation sans plan de sortie ». A lire entre les lignes, cela veut dire que les députés ressortissants de l’Ituri et du Nord-Kivu sollicitent la fin de l’état de siège. Jean-Marc Kabund s’est dit surpris par cette réaction. « C’est très grave, en lieu et place d’exiger la fin de l’état de siège, vous ferez mieux de nous proposer une issue à la guerre. C’est de cela qu’on a besoin. Pourquoi l’état de siège vous gêne alors que ces tueries existent depuis trois décennies. Voulez-vous qu’on tue nos compatriotes là-bas sans que rien ne soit fait ? Je nous exhorte au bon sens et à la retenue. Nous n’accepterons pas du populisme ici parce que la question est très importante », s’est indigné le président de céans.

A la ministre d’Etat en charge de la Justice et celui de la Défense nationale, Jean-Marc Kabund a recommandé de faire le suivi de ceux qui détournent les fonds alloués aux opérations militaires dans les provinces sous état de siège. « Le texte ne sera pas examiné prochainement si ces responsables du détournement ne sont pas sanctionnés », a-t-il menacé par ailleurs.

28 vues0 commentaire