Éjection de Christophe Mboso N'kodia : Adrien Phoba et Leon Nembalemba tombent dans la farce !



Le speaker de la chambre basse du parlement est visé ce dernier temps par une pétition initiée contre lui. L’initiative est portée par le Député Adrien Phoba, élu de Boma dans le Kongo-Central et médiatisée par le député Léon Nembalemba, élu de Lukunga à Kinshasa.



En réclamant sa tête, ces élus n'arrivent pas à convaincre le peuple voire leurs collègues autour des griefs mises à charge de Christophe Mboso, notamment lorsqu'ils disent que le Président de l'Assemblée Nationale a transformé cette chambre en une histoire privée, et il confisque d'une manière irrespectueuse la parole aux Députés lors des interventions au cours des séances plénières.

Ces allégations portées à l'endroit du Président Mboso N'kodia ne sembleraient pas être correct réplique un député de l'AFDC qui précise que le problème serait ailleurs.

Nembalemba Léon et Phoba Adrien sont entrain de faire une inutile action qui ne profite pas au peuple, ils doivent cesser avec les chantages puérils sur l'honorable président Mboso Nkodia Mpwanga.


L' obtention des postes de mandataires publics ne se fait pas à travers les chantages surtout que nous ne sommes plus dans le régime où les chantages prenaient la place de raison. Cette stratégie de pétard mouillé ne passera jamais au sein du temple de la démocratie.

Il y a bien d'autres moyens beaucoup plus polis et sérieux qui peuvent leur épargner de l'opprobre, comme ils en sont l'objet maintenant précise leur collègue député.


Puis-je vous rappeler que l'on apprend pas à un vieux singe les grimaces ? Surtout pas à un rodé de la politique congolaise de la trempe de l'honorable président Mboso Nkodia Mpwanga qui a traversé des âges politiques de notre beau pays.


Le président Mboso a toujours fait le prestige de notre chambre. Le débat démocratique n'a jamais été muselé , mais ça été toujours libéralisé selon les principes et le règlement de la chambre basse du parlement. la démocratie n’existe pas dans le libertinage, mais au contraire ça demeure dans ses principes surtout que nous sommes dans un temple de la démocratie où la majorité doit toujours primée à la minorité selon les droits de chacune.


Ces deux députés membre de l’Union Sacrée de la Nation avec leur fameuse 98 signatures déjà récoltées , ils se sont vu complètement bloqué dans leur démarche dans les prochains jours, leurs collègues exigent voir plus d’une manière claire et fondée le pourquoi de cette initiative parlementaire qui vise le départ d’un membre du bureau.


On sait très bien que les deux députés veulent allés dans des entreprises du portefeuille de l'État et laissés leurs sièges à l'hémicycle aux membres de leurs familles respectives qui sont leurs suppléants révèle une source proche à eux.


Cette fois - ci le peuple congolais est très vigilant sur tout acte que pose un parlementaire .

Il a très bien compris les manœuvres de ces députés qui recherchent à tout prix leur propre intérêt afin de servir eux et leurs familles.


Les exemples en illustration, à cet effet, sont légion, parmi lesquels celui de la famille de l'honorable Nembalemba Léon où nous trouvons Papa et belle-fille députés nationaux et ministre provinciale, femme et fils députés provinciaux.

L 'égoïsme et le népotisme sont les caractères à bannir sur la scène politique de la République démocratique du Congo.


Mboso est dans la ligne de la politique du peuple d'abord. Il travaille pour le bien du peuple d'abord et non pour servir de l'ascenseur aux assoiffés des postes. Et il a le soutien indéfectible du peuple congolais.

C'est pourquoi la majorité des élus du peuple ont jugé innoportum la démarche de leur collègue cherchant l'éjection d'un membre du bureau de l'Assemblée Nationale.

Le peuple a besoin de vous voir leurs élus se préoccuper et intervenir sur la situation de son social et non de guéguerre de positionnement individuel.


Diata Bowa

270 vues0 commentaire
Archives
lesondage.jpg
logo lesondage.png